13.5.08

Noir et blanc

© George S. Zimbel, Jean Seberg

La galerie Kowasa présente une retrospective du photographe Américain George S. Zimbel. Du noir et blanc empreint de l'atmosphère des années Kennedy et de leur égérie Marilyn Monroe. Léonard Bernstein, John et Jackie Kennedy, Marilyn, Jean Seberg... George S. Zimbel, photographe Nord-Américain installé au Canada nous donne à voir des visages connus ou anonymes. Ainsi, ce liseur noir dans un café parisien, nous sommes en 52, en Amérique la ségrégation raciale sévit encore. « Black man reading » devient alors une authentique réponse à la bêtise. Plus loin, ce sont les enfants, pureté et bonheurs simples, comme on le voit à la mine à la fois réjouie et rêveuse de cette gamine qui danse en tournant sur elle-même devant une mère et un frère occupés à autre chose. Avec Girl Twirling, 1956, c'est la famille et son rêve américain, avant le chaos du Vietnam. George S. Zimbel capte cet instant de légèreté avec un enthousiasme qui saute aux yeux. La plénitude encore avec ces petites filles allongées sur la plage. 
Bikinis et lunettes de soleil sur le nez, on prend la pose, reflet des mannequins qu'elles auront vu dans les magazines. Les bien nommées « Space babies », de 1959, ne vieilliront pas. Retour à Paris où le photographe a fait le portrait d'une femme accoudée au zinc d'un bistrot. Elle semble surprise par l'objectif. Nous sommes dans un bar de l'époque de Saint-Germain-des -Prés et du Tout Paris. Celui des artistes et des écrivains, des nuits sans sommeil. Son visage est fatigué. Les nuits sans sommeil, sans doute. Hollywood, le fameux rêve américain c'est la famille, on le sait, c'est la beauté de Jackie et John Kennedy, celle de Marilyn ou de Jean Seberg, c'est aussi le musicien Léonard Bernstein. Les années 60 font rêver, elle ont comme un air d'innocence révélé par le photographe. George S. Zimbel les croque à merveille et effectue sans doute ses plus fameux clichés. 
La série intitulée « Energy », dévoile Marilyn Monroe le sourire et la robe blanche éclatants, posant pour quantité de photographes heureux (on peut les voir sur les différentes photos). Elle rejoue pour eux, et donc pour George S. Zimbel, la scène cultissime de la bouche d'aération tirée du non moins culte Sept ans de réflexion. Plus loin, elle est en compagnie du géant hollywoodien Billy Wilder. Nous sommes en 1954, ces photos là sont précieuses et magiques. Elles produisent toujours autant d'effet sur celui qui se rapproche et contemple de plus près Hollywood et ses féeries. Les photos déclinent différents thèmes mais ont pour point commun de capter avec bonheur quelques instants concédés. Et Jean Seberg, son visage diaphane, son grand regard clair, a le visage légèrement tourné vers celle qui doit être sa costumière. Dernier essayage, peut-être, avant des minutes d'éternité pour les salles obscures. Un moment intime avec ces étoiles. 

 © Corinne Bernard (parution : Pilote Urbain, 2008)

 Exposition visible jusqu'au 31 mai à la Kowasa Gallery: Mallorca 235, du mardi au samedi de 16h30 à 20h30 ou sur rdv. Tel. 93 487 35 88. Ne manquez pas de jeter un oeil à la somptueuse librairie.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire