13.5.08

Excentrique



Un scientifique mène une expérience sur les vaches. Et si elles pouvaient avoir les mêmes envies et les mêmes sentiments que les humains ? Pour le savoir, il transforme l’une d’elles en femme, elle devient Magali, une splendeur. Il propose à Henry, un garçon à la vie insipide, d’héberger la jolie « personne » pendant trois mois. Henry va se laisser aller à ses instincts les plus primaires. Une expérience inquiétante pour un être à la libido exacerbée et à la violence jusque là contenue… Cherchez la vache. Et puis il y a cette femme, en voyage en Inde avec son monstrueux mari. Elle y découvre que le cancrelat qu’il a massacré quelques minutes plus tôt dans la salle de bains de l’hôtel humide n’est qu’un pâle reflet de ce qu’il est. Alors madame rêve et s’imagine dans les bras d’un sultan. Bob ne cesse de se disputer avec Cathy… Jusqu’au jour où il découvre le cadavre d’une girafe dans son jardin… Le plus petit zoo du monde, c’est une plongée au cœur d’histoires où les petites bêtes, où les animaux du zoo sont les Hommes. Sept nouvelles complètement déjantées où le lecteur quitte les routes balisées du quotidien pour découvrir d’autres dimensions aux images surréalistes et parfois effroyables. L’auteur, jeune spécialiste belge de la nouvelle, nous raconte un monde à l’envers, excentrique. Un monde où l’Homme a la vanité de croire qu’il est humain. Une écriture magnifique et magique qui nous entraîne très loin, entre rire et effroi. Le monde de Thomas Gunzig n’est pas manichéen, il est ambigu et mêle habilement sarcasmes et éclats de rires.

 © Corinne Bernard

 L’extrait : « Il dit "qu’est-ce que t’es belle Magali, t’es aussi jolie qu’une… fleur"» La pensée que sa comparaison végétale était un peu nulle lui traversa l’esprit pendant une seconde puis il se souvint qu’il s’adressait à une vache. Une vache bien roulée mais une vache quand même. S’en être souvenu le désinhiba et, tandis que Magali mâchait un énième morceau de sucre, Henry s’agenouilla devant elle et entreprit de déboutonner son tailleur en imprimé un peu ringard. C’était pas facile, elle ne l’aidait pas du tout mais il finit pas y arriver. »

 Le plus petit zoo du monde, Thomas Gunzig, éd. Au Diable Vauvert, 192 p. (2003)

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire