5.4.11

La part du diable chez Lynch





Après un livre sur David Bowie et un disque en collaboration avec l'un de ses pianistes, Mike Garson himself, le prolifique Enrique Seknadje publie un ouvrage sur David Lynch et plus précisément sur la représentation du mal dans son univers cinématographique. David Lynch - Un cinéma du maléfique dévoile les facettes méphistophéliques du cinéaste le plus fou, le plus obscur et sans doute du plus délicat à percer. Pas facile donc, de s'attaquer à un tel monument de fantaisie visuelle et narrative. Enrique Seknadje, à travers l'analyse de films majeurs tels que Mulholland Drive ou Lost Highway, réussit pourtant la gageure de nous éclairer sur l'univers sombre et kaléidoscopique de Lynch et n'a pas peur d'aller jusqu'à parcourir le labyrinthe Inland Empire. Interview fleuve.

Rossellini, Fellini... n'ont pas de secrets pour vous, est-ce qu'on peut entrevoir des similitudes entre la manière de filmer de Lynch et celle de ces cinéastes italiens ?
Je connais effectivement bien le cinéma italien, ayant notamment fait un doctorat sur Roberto Rossellini et le néo-réalisme, et publié un ouvrage sur l’auteur de Rome, ville ouverte : Roberto Rossellini et la Seconde Guerre mondiale – Un cinéaste entre propagande et réalisme (L’Harmattan, 2000).
Je ne pense pas qu’il faille voir la relation entre Isabella Rossellini et Lynch comme ayant un lien particulier avec l’existence et le cinéma du père de l’actrice.
Je crois, par contre, que l’on peut rapprocher Lynch de Fellini. La même volonté de jouer sur l’ « indéterminabilité » entre l’objectif et le subjectif (pour reprendre une expression de Gilles Deleuze). Un même souci d’ouvrir grandes les portes de l’imagination et du fantasme, de créer un
empire de la vie intérieure à l’image et au sein de l’univers sonore : la vie intérieure du cinéaste et celle de certains de ses personnages. Une préoccupation similaire de retrouver la logique irrationnelle du rêve ou de la créer… Même si Lynch a affirmé ne pas travailler à partir de ses rêves nocturnes, ce que faisait par contre Fellini. Un même, intérêt, enfin, pour l’univers féminin.
Aux aficionados de Lynch qui ne connaîtraient pas toute l’œuvre du cinéaste italien, je conseillerais de regarder Juliette des Esprits, film haut en couleur, où le cinéaste opère une extraordinaire traversée des apparences, ouvre la voie pour son héroïne vers un/son monde onirique, fantasmagorique, un univers où la magie et le spiritisme ont droit de citer… Et ce même s’il n’y a pas chez Fellini la dimension morbide que l’on trouve immanquablement dans l’œuvre du cinéaste américain.
Dans son autobiographie,
Mon histoire vraie, Lynch évoque de façon émouvante une rencontre avec l’auteur de 8 et ½. Celui-ci était dans une chaise roulante. Les deux hommes se sont donnés la main. Lynch à écouté Fellini parler du passé sans intervenir. Et il conclut son témoignage comme ceci : « C’était le vendredi soir, et le dimanche il est tombé dans un coma dont il n’est jamais sorti. »

S'il y avait un seul film de Lynch, lequel choisiriez-vous ? 
Pour mon ouvrage, j’ai sélectionné certains films selon trois critères : l’importance en eux du traitement de la question du mal, le caractère personnel des œuvres, la complexité positive et stimulante pour la réflexion de celles-ci.
Tous les films que j’analyse et interprète me plaisent énormément. Comme pour beaucoup de cinéphiles ou de téléspectateurs, je suis attaché à l’univers de Twin Peaks, j’admire la singulière structure en forme de ruban de Möbius de Lost Highway, l’esthétique à la fois lisse, aérienne et lourdement macabre de Mulholland Drive. Mais je pense que ma préférence va à Inland Empire. Parce que Lynch y dépasse le cinéma au sens traditionnel, parce qu’il pousse au plus loin ses parti pris de subjectivité, de brouillage du sens, de greffes narratives apparemment incohérentes, d'associations de séquences hétérogènes. Inland Empire est un voyage extraordinaire fait d’allers et venues positivement déstabilisants dans le temps et l’espace, une expérience audio-visuelle des plus troublantes. Le film a été tourné en vidéo numérique basse définition, l’image est souvent « sale », mais grâce à l’art lynchien elle atteint une beauté cinématographique ou de dimension picturale d’une grande puissance. Et cette image n’empêche pas la lumière d’irradier parfois le spectateur, cette lumière qui émane de l’actrice, Nikki Grace (elle porte bien son nom), qui va sauver une autre femme rongée par le sentiment de culpabilité, harcelée par le mal.

Racontez-nous la genèse du livre, et pourquoi avoir choisi Inland Empire, le film le plus abscons du cinéaste et loin d'être le préféré des assidus de Lynch ?
Les éditions du Camion Blanc ont apprécié mon livre sur David Bowie publié en 2009. Nous avons convenu de la publication d’un livre sur le cinéma pour leur collection parallèle Camion Noir, qui traite de sujets liés à l’étrange, au mystique, à l’occultisme, au satanisme…
Lynch est souvent abordé à travers la thématique de l’étrange, de la femme, et notamment de la femme dépressive (par Michel Chion), de la peur (par Stéphane Delorme)… J’ai pensé que travailler sur la représentation du mal et de personnages diaboliques serait nouveau et intéressant.
Dans les films que j’ai choisis, Lynch évoque souvent le mal de façon détournée, allusive, implicite. En jouant sur des connotations ambiguës, équivoques… Il s’est agit pour moi d’éclairer cette face obscure de l’homme et du monde telle que le cinéaste la voit et la représente.
J’essaye de travailler de façon à ce que, tout à la fois, le lecteur ait une idée concrète du film et se voit proposer quelques hypothèses interprétatives, quelques clés de lecture. On peut considérer que certains passages de l’ouvrage sont un peu trop descriptifs, mais je pense que dans ma démarche, la description avec le vocabulaire filmologique adéquat est étroitement liée à l’analyse, et je me refuse à me lancer dans des considérations qui survoleraient de façon un peu fumeuse et subjective mes objets d’études.
Beaucoup de critiques font référence - et la révérence - à la monographie que Michel Chion a consacrée à David Lynch. C’est vrai qu’elle est exhaustive, qu’elle fourmille de remarques lumineuses, mais l'auteur passe parfois, pour certains films, plus de temps à les résumer qu’à les analyser.

D'autres projets d'écriture ou de disque ?
Pour faire suite à mon premier disque Les Bleus de l’âme j’envisage d’en enregistrer un second, plus positif, optimiste, lumineux. Les morceaux sont là, mais il reste du travail pour les finaliser et les enregistrer.
Je prépare quelques clips pour accompagner des morceaux de ce premier opus musical, j'ai également un projet de court-métrage...

© Propos recueillis par Corinne Bernard, avril 2011.

David Lynch - Un cinéma du maléfique, Enrique Seknadje (éd. Camion Noir, 2010). fnac.fr ou  amazon.fr
Les Bleus de l'âme, en écoute gratuite ici : http://www.deezer.com/fr/music/enrique-seknadje#music/enrique-seknadje)
David Bowie - Le phénomène Ziggy Stardust et autres essais, Enrique Seknadje (éd. Camion Blanc, 2009).

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire