20.10.20

Drunk, à boire

 



Au Danemark, quatre professeurs de lycée décident de se lancer dans une expérience peu banale qui pourrait remettre en question les clichés hygiénistes sur l'alcool et ses dérives. L'expérience s'inspire de la théorie d'un psychologue norvégien selon laquelle nous aurions un déficit d'alcool dans le sang qui nous empêcherait d'être heureux. Il serait possible de combler ce déficit grâce à une constante quotidienne de 0,5 g d'alcool dans le sang. Nos amis s'adonnent alors aux joies éthyliques dès le matin, et jusqu'à 20 h (tel Hemingway qui ne dépassait jamais cette heure pour boire sans perdre la faculté d'écrire). 

Dès lors, bières, vins et cocktails agrémentés d'absinthe vont petit à petit effacer la lourdeur de leur quotidien au lycée et dans leur vie privée. L'alcool les rend plus joyeux, plus légers, et même plus sympathiques auprès de leurs élèves (lesquels boivent chaque week-end sans limites). 

L'essai semble fonctionner, nos professeurs sont mieux dans leur peau et exercent leur métier comme jamais. Hélas, le professeur d'histoire - Mads Mikkelsen au sommet de son art -, choisit de pousser l'expérience dans ses retranchements. Il boit bien au-delà des 0,5 g préconisés et perd peu à peu le contrôle pour atteindre des états d'ivresse insurmontables. Sa femme fait ses valises et s'en va voir ailleurs, du côté de la sobriété. Pendant ce temps, Tommy, le prof de sport, file aussi un mauvais coton pour atteindre à l'alcoolisme dépressif... Et ce qui avait démarré comme une expérience amusante et quasi-scientifique entre "francs-buveurs" part en vrille pour atteindre des états d'alcoolémie qui font chavirer leur monde. 

Le spectateur verra peut-être deux postulats du réalisateur : boire pour se sentir vivant ou boire pour se perdre... Quoi qu'il en soit, Thomas Vinterberg semble aller du côté festif de l'état d'ébriété, jusqu'au final dont on ne révèlera pas l'acmé jubilatoire porté par Mads Mikkelsen. À boire, donc. 


Drunk, de Thomas Vinterberg, 1h55. Avec Mads Mikkelsen, Thomas Bo Larsen, Lars Ranthe, Magnus Millang. 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire